DERNIERE MISE EN LIGNE

CENTRE MUNICIPAL DE SANTE MAURICE TENINE
80 ans d’activités au Centre Municipal de Santé
Chronologie 1925-2014
Imprimer -

Le dispensaire municipal devenu centre de santé en 1945 est un lieu à Malakoff entièrement dédié à une médecine de qualité et de proximité qui ne s’est pas démentie depuis 80 ans. Les services et spécialités qui se sont succédés dans des locaux adaptés en permanence pour une médecine solidaire racontent une histoire qui s’inscrit dans des valeurs et une politique locale de santé pour tous. Regard sur ces années au service des usagers de la ville.

1925 : Premier dispensaire aménagé provisoirement dans l’ancien séchoir de la crèche implanté avenue du Président Wilson depuis 1907

1933  : le dispensaire de la crèche est devenu insuffisant. Le Conseil municipal décide la réalisation d’un nouveau dispensaire comme l’a définit la Conférence européenne de Budapest en 1931 « une institution qui rassemble dans un même bâtiment la totalité de l’oeuvre d’hygiène et les organismes de protection et d’assistance sociale, de santé publique et d’éducation de la population.. »

1934 : achat par la ville de Malakoff à la société des parfums Gueldy d’un terrain situé à l’angle de l’avenue Pierre Larousse et de la rue Louis Blanc pour y construire un dispensaire municipal « pour lutter efficacement contre les fléaux sociaux et la protection de l’enfance ».

A l’époque deux fléaux sont encore mal soignés : la tuberculose et la syphilis. De surcroit il n’existe pas de tarifs conventionnés pour les médecins de ville.

Création d’un emploi de médecin-chef chargé des services d’assistance et de consultations médicales.

Les premiers plans sont dressés par l’architecte communal Armand Guérard.

1935 : Avancements des procédures pour la création du dispensaire sans autorisation ni subventions. Armand Guérard fait évoluer ses plans en tenant compte des prescriptions de l’Office public d’hygiène sociale départemental

1936 : Mademoiselle Dard devient la directrice du dispensaire.

Léon Piginnier maire de Malakoff (1925-1939) sollicite l’aide du ministre de la santé publique Henri Sellier(SFIO) figure marquante de l’urbanisme français et de son conseiller le docteur Robert Henri Hazemann de l’Office départemental qui feront évoluer le projet et les plans du bâtiment.

1937 : la ville obtient des subventions calculées sur les devis

1938 : le 30 mars début des travaux. Ils avancent rapidement. Armand Guérard en cours de construction modifie ses plans pour créer une salle de gymnastique médicale dans un étage supplémentaire ouvert sur la terrasse et agrandit les salles d’attente.

Les mouvements de grève et la grève générale du 10 novembre 1938 retardent les travaux

1939 : le bâtiment forme un espace utilitaire de 1150m2. Les maçonneries en briques et béton sont terminées, le bâtiment est couvert, les huisseries métalliques à guillotine qui permettent de régler facilement la ventilation sont posées, les revêtements extérieurs de carreaux morcelés sont terminés. La mobilisation générale le samedi 2 septembre pour tous les hommes valides de 20 à 48 ans empêche l’ouverture au public.

1940-1941 : travaux conservatoires dirigés par Armand Guérard.

1942 : Achèvement du second oeuvre. Le dispensaire est partiellement en service avec une petite équipe et porte le nom sur sa façade de « Maison de l’assistance, dispensaire municipal ». C’est l’occupation allemande, le bâtiment est réquisitionné pour abriter le « Secours national » placé sous la haute autorité du maréchal Pétain et le service du ravitaillement.

1943 : La délégation spéciale ne se préoccupe pas de l’aménagement du centre et refuse tout crédit.

1944 : Le Centre assure un service minimum gère déjà 800 dossiers de patients

1945 : le 2 janvier le dispensaire ouvre officiellement au public sous la direction de Madame Pinton et du Docteur Seillon, médecin-chef. Les besoins sont nombreux après les années de guerre.

Un service dentaire, des soins infirmiers à domicile, des consultations de gynécologie et de dermatologie sont crées.

Toujours préoccupé par la santé des petits, le dispensaire propose aux enfants fragilisés par la période d’occupation des cours de gymnastique corrective pour remédier aux scolioses. Une partie du second étage est occupé par une plage aux rayons bleus où les enfants viennent s’exposer aux UV pour traiter leur rachitisme.

Le centre récupère un appareil de radiologie utilisé au Fort de Vanves par les Allemands durant l’occupation. Il sera installé au premier étage.

Mise en place de consultations de phtisiologie avec selon la pratique du moment une insufflation des poumons pour les nobreux malades tuberculeux.

1946 : le dispensaire devient Centre Municipal de Santé et prend le nom de Maurice Ténine, en hommage à ce médecin résistant fusillé aux côtés de Guy Moquet par les nazis en 1944. Une plaque est inaugurée dans le hall d’accueil.

Le maire de Malakoff Léon Salagnac, préoccupé par les conditions de retour des prisonniers de guerre et des déportés demande au centre d’assurer un suivi radiologique de ces personnes.

1947 : le dispensaire se développe rapidement. 6500 dossiers de patients. L’accueil est organisé en trois guichets dédiés par noms alphabétiques.

1949 : En octobre, création du service social. Arrivée de la première assistante sociale au centre en complément des AS municipales et départementales. Madame Lucienne Lamblin assistante sociale accompagne les usagers du centre pour l’ouverture de leurs nouveaux droits à la Sécurité Sociale, le placement des enfants, les droits à la retraite, les séjours en sanatorium, préventorium et aérium...

1950 : création du laboratoire de biologie médicale par le professeur Christol. Le personnel doit s’adapter aux mutations techniques et scientifiques.

1953 : Pour le nouveau secteur de psychiatrie, création d’un deuxième poste d’assistante sociale avec madame Jacqueline Grave

1954  : acquisition d’un appareillage moderne et puissant de radiologie

1955  : L’architecte communal qui a pris la suite d’Armand Guérard décédé en 1950, Gaston Levillageois, son neveu et collaborateur agrandit le bâtiment. Création et aménagement d’un laboratoire moderne d’analyses médicales par le Professeur Christol.

1956  : transformation du deuxième étage en service de rhumatologie, ensemble physiothérapie, discipline au niveau de la prévention et de la promotion de la santé, de l’évaluation, du diagnostic, du traitement et de la réadaptation des déficiences et incapacités touchant les systèmes neurologique, musculosquelettique et cardiorespiratoire de la personne. C’est la première amorce d’un futur service de kinésithérapie.

1957 : réaménagement du service administratif et de l’attente aux guichets.

1958 : Le centre devient l’un des plus importants établissements de ce type : 97 000 actes médicaux, 23 vacataires médicaux, 39 employées communales.

1960 : un préfabriqué en bois accueille la première annexe du CMS dans le sud de Malakoff à côté de l’école Henri Barbusse, avec le docteur Akoun-Cornet.

1967 : inauguration de l’annexe du Centre de Santé Henri Barbusse dans le nouvel immeuble place Stalingrad.

Le centre fait sur la ville les premières informations sur le nouveau virus du SIDA

1968-1988 : les règlementations du secteur sanitaire et social s’étendent et deviennent complexes. Le centre et sa nouvelle directrice administrative, Lucienne Lamblin, doivent faire face à la départementalisation de la Seine. Au 1er janvier 1968 existence et fonctionnement officiel du nouveau département des Hauts-de-Seine.

1969 : création de sept départements en Ile-de-France avec ses conséquences pour la gestion administrative des usagers qui fréquentent le centre, notamment ceux qui n’habitent pas où ne travaillent pas à Malakoff ou les Hauts-de-Seine

Un jeune interne des Hôpitaux de Paris-Lariboisière, Axel Kahn assure des consultations au centre (jusqu’en 1992). Il deviendra un vulgarisateur scientifique, directeur de recherche à l’INSERM, directeur de l’Institut Cochin, Président de l’université Paris Descartes.... Axel Kahn prendra des positions très remarquées sur certaines questions éthiques et philosophiques ayant trait à la médecine et aux biotechnologies

Abandon de l’appellation médico-sociale. Les besoins des usagers ont changé. L’action sociale des services municipaux se sont renforcés

1972 : plus d’assistante sociale au CMS. La prise en charge sociale des personnes en difficultés est assurée par différents services dans la ville.

1987 : Monsieur Chasseau, architecte communal procède au premier agrandissement du centre et au réaménagement du service administratif et de l’accueil. Monsieur Fahmy réalise l’agrandissement du bâtiment. Démolition du pavillon jouxtant le centre permettant cet agrandissement. Utilisation de la cour.

1989 : l’informatisation du CMS est effective. Elle permet la création d’un dossier médical et administratif unique des patients, utilisable par tous les médecins du centre.

1990 : modernisation du service dentaire. Publication d’une plaquette d’information qui rappelle l’organisation du centre, son fonctionnement et son utilisation par le public. Dans la préface, Léo Figuères, maire de Malakoff réaffirme l’objectif de l’action du CMS : l’accès de tous à une médecine de qualité tout en veillant à une gestion financière rigoureuse.

1991 : agrandissement par l’adjonction d’un bâtiment sur la rue Louis Blanc portant à 1325m2 la surface du centre qui bénéficie en même temps d’une restructuration complète.

1993 : face aux besoins croissant de soins dans le quartier sud de Malakoff, le Centre de Santé Henri Barbusse est totalement remanié.

1999 : à l’occasion du départ en retraite de madame Nicole Koffi, infirmière durant 22 ans au CMS, annonce de la création de « l’Amicale des anciens du centre municipal de santé ». L’association démarre avec 77 adhérents. Publication du premier numéro du bulletin bi-annuel de l’association.

2002 : création du Service infirmier à domicile (SIAD) qui prendra rapidement son autonomie rue de la Tour. L’infirmerie du centre se réorganise avec un effectif réduit tourné vers l’accueil des urgences et des soins.

Mise en place de l’imagerie médicale pour le dépistage du cancer du sein. Le laboratoire d’analyses médicales est équipé d’un appareil d’immunoenzymologie.

Amélioration de l’accueil des patients par l’équipement informatique.

Première étude architecturale visant à mettre en oeuvre la transformation du bâtiment historique et sa mise aux normes.

2003 : création en avril d’un poste de Médiatrice de santé pour faciliter l’accès aux soins et développer la prévention. Proposition de bilans de santé au 16-25 ans suivis par la Mission Locale. Planification de travaux pour rénover le centre confiée à l’Agence Narcy et budgétisation par la commune.

2004 : plus de soixante ans après sa construction les locaux ont besoin d’une rénovation de grande ampleur. Décision d’effectuer des travaux d’extension et de restructuration sans arrêter les activités du Centre. Les consultations continueront d’être assurées dans les locaux qui ne seront pas en travaux et dans une antenne provisoire au 45 rue Pierre Larousse.

2005-2008 : travaux en trois phases sur site occupé démarré en mai 2006. Le centre est restructuré et réorganisé. L’ensemble des locaux et des installations techniques est rénové. Une extension de 120m2 est réalisée au deuxième étage. La cour est couverte d’une structure en verre pour créer une salle de réunion de 48m2. De nouveaux espaces destinés au laboratoire d’analyses médicales, des salles techniques et administratives sont crées.

Afin d’exprimer une différenciation entre le bâtiment historique entièrement conservé et les constructions plus récentes et nouvelles, un habillage vitré vient en doublage de la façade du bâtiment sur la rue Louis Blanc et de la nouvelle construction, afin de fondre le tout en une seule entité. Le CMS bénéficie désormais d’une surface totale de 1650m2 entièrement rénové.

2007 : découverte d’amiante dans des parties sous plafonds et cloisons. Le 31 mai 2007 l’entrée principale est enfin accessible au public. En octobre les médecins spécialistes réintègrent le bâtiment.

2009 : après avoir reçu l’aval de la Commission de sécurité, le samedi 4 avril 2009 à lieu l’inauguration du CMS rénové qui confirme l’attachement de la population au dispositif de santé : 14675 patients, 71326 passages, 98542 actes en 2009. Par ses nouvelles capacités d’accueil, ses offres de soins et ses liens avec les acteurs médicaux sociaux locaux il s’affirme comme un outil essentiel d’une politique locale de santé.

Au sous-sol, le service radiologie est équipé d’un appareil d’ostéodensitométrie, et d’une salle d’échographie. Au rez-de-chaussée, tout près de l’entrée principale le service infirmier dispose d’une nouvelle salle de soins et d’urgences, facile d’accès pour les pompiers et leurs brancards. Le premier étage est entièrement réservé aux consultations médicales où sont regroupés tous les médecins généralistes. Le deuxième étage est dédié au service dentaire.

A la fin des travaux, le public bénéficie d’un meilleur accueil, certains équipements à l’exemple du service dentaire et du cabinet d’ophtalmologie sont totalement rééquipés en matériels neufs.

Le bâtiment sur la rue Louis Blanc réservé aux analyses médicales est relié par un monte-charge à l’accueil du public au rez-de-Chaussée, qui lui transmet analyses et prélèvements à l’étage supérieur. Le laboratoire est équipé d’un nouvel automate d’hématologie

2010 : le docteur Eric May devient le premier avril directeur du centre en remplacement du docteur Limousin. Le projet de santé (2010-2015) est réaffirmé : agir dans le cadre de la politique sanitaire et sociale de la ville de Malakoff et le soutien des élus ; offrir des services à la population de soins et de santé publique en complémentarité de l’offre de santé locale, ambulatoire et hospitalière et en coordination avec celle-ci ; contribuer à lutte contre les exclusions et à réduire les inégalités sociales de santé du territoire .

2012 : la réforme nationale de la biologie médicale hospitalière et de ville annoncée en 2009

menace l’activité de biologie du CMS. Suite à la mobilisation du réseau de CMS ayant un laboratoire de biologie médicale, le Conseil municipal adopte à l’unanimité le 12 décembre ses recommandations et décide le maintien durable du service de biologie médicale et de l’emploi de tous les personnels. Il approuve la participation de la ville de Malakoff au Groupement de Coopération Sanitaire de moyen dénommé « Laboratoires des centres de Santé et Hôpitaux d’Ile de France ».

2013 : le magazine de la santé « In Vivo »sur la chaîne du Service public France 5 diffuse une série de cinq reportages de sept minutes chacun réalisés au CMS pour illustrer le thème de la semaine : Centres de santé ; un modèle menacé ? L’expérience et les différents services du Centre Malakoffiot sont mis en valeur.

2019 : 80ème anniversaire du Centre de santé Maurice Ténine. Le samedi 23 mars inauguration du centre de santé rénové Jacqueline Akoun-Cornet (au sud de Malakoff).Création de deux nouveaux postes de médecin


Malakoff patrimoine - Site internet participatif
>> Nous contacter