DERNIERE MISE EN LIGNE

SCENES PEINTES (2)
La vie réelle selon Vichy
Imprimer -

Pour comprendre la signification de la peinture murale de la salle de Justice de Paix réalisée en 1942 il faut rappeler le contexte de sa création dans une municipalité non élue, aux ordres des idéaux de la Révolution Nationale menée par le Maréchal Pétain après la défaite de juin 1940 substituant à la devise Républicaine universaliste la primauté des trois sociétés « professionnelle, familiale, nationale ». Dans leur domaine les Beaux-Arts de la zone occupée étaient chargés de diriger les institutions publiques, y compris les musées, les expositions, les commandes et les productions et acquisitions d’oeuvres. Ce fut le cas pour cette oeuvre particulièrement encadrée.

A côté de l’évocation symbolique assez classique de la Justice, la peinture murale du peintre Deschmacker reproduit des scènes qui comprennent de nombreux personnages féminins. Probablement un message en accord avec l’idéologie du régime de Vichy qui considérait les femmes et les jeunes filles comme « une pièce maîtresse dans l’élaboration du dispositif de la Révolution Nationale ». Dans ce contexte l’artiste maitre d’oeuvre de la scénographie devait répondre aux critères résumés dans la formule lapidaire Vichychoise « Travail, famille, patrie » et justice pour s’accorder au lieu.

Paul Alex Deschmacker et ses collaborateurs ont donc mis tout leur talent pour exprimer à travers une dizaine de belles scènes ce modèle de société qui reposait sur les différences de genre et sociales lesquelles dans un même dessein devaient « régénérer la nation décadente ».

Les scènes de la peinture murale ont donc visualisé l’orientation politique voulue par les autorités à savoir que les femmes soient avant tout épouses et mères patriotes par la maternité et éducatrices . Sous la collaboration, l’émancipation de la femme équivalait à la destruction de la famille. Deschmacker n’avait pas d’autre choix que de restituer dans plusieurs scènes des éléments de la propagande sur l’institution familiale, base du redressement national.

Autres thèmes évoqués dans la peinture murale une vision du sport. Pour le gouvernement du Maréchal il s’agit de valoriser des corps sains et virils pour les garçons et aux jeunes filles un corps sain et gracieux. La peinture murale s’y emploie dans plusieurs petites compositions en arrière plan.

Elle offre aussi par petites touches des images rassurantes d’une France mythique éternelle, au travail, agraire, unie autour de sa terre nourricière, de sa famille, de sa jeunesse.


Malakoff patrimoine - Site internet participatif
>> Nous contacter