Warning: array_shift() [function.array-shift]: The argument should be an array in /htdocs/public/www/config/ecran_securite.php on line 283
MALAKOFF PATRIMOINE
DERNIERE MISE EN LIGNE

REFECTOIRE DU LYCEE PROFESSIONNEL LOUIS GIRARD
La fresque du cerf-volant (1955)
Imprimer -

Le célèbre peintre Lucien Fontanarosa (1912-1975), dans le cadre de commandes publiques a réalisé durant sa carrière une dizaine de fresques dans des établissements d’enseignement. En 1955, il a crée sur un mur du réfectoire du lycée technique Louis Girard à Malakoff la fresque du cerf volant. Une oeuvre haute en couleur de 33 m2. (Voir notre diaporama sur cette oeuvre).

Cette fresque est une décoration monumentale méconnue du public et des habitants de Malakoff, et pour cause, elle se trouve dans un établissement scolaire professionnel et donc inaccessible pour le public. Cette oeuvre a été conçue et réalisée en 1955 peu après la construction du lycée et dans le cadre d’un dispositif d’aide à la culture, la commande publique. Et c’est un très grand artiste de renommée internationale, Grand prix de Rome en 1936 à 24 ans, couvert par la suite de nombreuses distinctions qui a réalisé cette fresque : Lucien Fontanarosa. 

Lucien Fontanarosa fut un peintre français d’origine italienne, né en 1912. Cette dualité, ces racines ont marqué toute son oeuvre, de nombreux tableaux, des sculptures, des décorations intérieures de bâtiments publics et des fresques monumentales.

Artiste reconnu, il l’est aussi pour des dessins. On lui doit notamment l’illustration de quatre billets de banque français issus de la série de billets émis dans les années 1960, consacrés à de grands personnages de l’histoire de France : le 100 francs représentant Delacroix ; le Pascal de 500 francs, le Quentin de la Tour de 50 francs et le Berlioz de 10 francs.

Une sensibilité pour la jeunesse

Lucien Fontanarosa, disparu en 1975 a été particulièrement productif. « Il avait une sensibilité pour la jeunesse rapporte son fils Renaud Fontanarosa, la jeunesse l’inspirait comme Paris, l’Italie, Venise ou encore l’Espagne et le Maroc.. » Ses fresques et décorations murales se retrouvent ainsi au lycée de Saint-Maur-les-Fossés, Nogent le Rotrou, Chatellerault, Vierzon, Lille... mais aussi à l’Ecole Supérieure Estienne à Paris. On retrouve bon nombre de ses peintures dans les plus grands musées.

L’oeuvre du lycée Louis Girard à Malakoff intitulée « Le cerf-volant » est une oeuvre répertoriée au patrimoine de l’Ile-de-France. Malheureusement elle a été mal protégée durant les travaux de rénovation du lycée et surtout elle a été amputée d’une scène importante sur la gauche qui posait la base du cheminement de la fresque et la pensée de l’artiste. 

Malgré cette rupture, la fresque demeure une oeuvre rare dans la filiation selon Renaud Fontanarosa, des grands peintres fresquistes italiens. Dans toutes ses compositions Fontanarosa voulait donner une dynamique, ici, c’est le thème même du cerf volant qui est prétexte au mouvement et à l’expression de cette dynamique... « C’est une sorte de signal dit encore le fils de l’artiste pour montrer aux jeunes ce qu’est la liberté et l’espoir d’un avenir pour tous » L’oeuvre est en effet dans un établissement scolaire. Fontanarosa créa sa fresque pour ce lieu précis à Malakoff et nulle part ailleurs.

« Mon père partait d’une maquette explique Renaud Fontanarosa. Il la quadrillait, ensuite il projetait sur un mur entoilé un quadrillage agrandit et il reproduisait ainsi chaque partie du quadrillage dans sa taille actuelle. En fait, on constate peu de différence entre la maquette originale et la fresque mis à part le morceau manquant à l’extrémité gauche. L’oeuvre finale est beaucoup plus finie que la maquette notamment l’expression des visages, inexistante sur la maquette, car ça n’avait pas d’intérêt d’avoir tous les détails. Ce qui est toujours important dit Renaud Fontanarosa, c’est d’avoir les constructions générales et les groupes et bien sûr l’indication des couleurs.

Une oeuvre et un contexte

Quand on regarde cette oeuvre on constate que les visages des jeunes sont assez napolitains (des références aux origines italiennes de l’artiste, mais pour lui çela représentait le voyage, la liberté, l’ailleurs vers lequel on peut rêver ou se préparer. L’idée du cerf volant, ici, c’est pour des étudiants, l’oeuvre ne doit pas être séparée de son contexte ; aller vers son destin, prendre son envol sans s’occuper du reste... beaux symboles.

La peinture est bien sûr datée : 1955, créée pour un lycée professionnel de garçons, donc uniquement des personnages masculins sur la fresque, la parité on en parle pas encore !, l’habillement aussi marque le temps ; les années 50.

Selon Renaud Fontanarosa, il y a aussi dans le visuel de l’oeuvre une forte dimension collective. On construit ensemble, on prépare l’envol, on prend le fil et on dirige, on manipule le cerf volant, on le réceptionne, une belle composition générale pour laquelle l’artiste disait « qu’elle était un hymne à la jeunesse pour laquelle tout est possible...

-----------

Sur internet on peut découvrir des articles et de très belles photos sur les oeuvres très colorées du Lucien Fontanarosa.

 


Malakoff patrimoine - Site internet participatif
>> Nous contacter