DERNIERE MISE EN LIGNE

NOSTALGIE
L’heure de gloire du football à Malakoff
Imprimer -

A compter de 1934, les fusions successives entre les sociétés sportives existantes sur la ville vont donner naissance à l’Union Sportive Municipale de Malakoff. Dès 1945, la section football de l’U.S.M.M. participe aux compétitions organisées sous l’égide de la F.S.G.T. avant de demander son affiliation à la Fédération Française de Football en 1950. Cette même année, la municipalité de Malakoff remporte le challenge de la ville la plus sportive de France alors que l’équipe démarre en Promotion de Première Division B la plus basse division de la hiérarchie. Trois montées lui permettent d’évoluer en Promotion d’Honneur dès la saison 54-55. Commence alors une véritable épopée sportive que les passionnés de football ne sont pas près d’oublier. Nostalgie !

En novembre 1953, c’est l’évènement sportif dont tout le monde parle à Malakoff. L’équipe de Hongrie championne Olympique en titre vient disputer un match contre Malakoff au stade Marcel Cerdan devant près de 10 000 spectateurs. De 1954 à 1960 les « bleu et rouge » de Malakoff évoluent en Promotion d’Honneur.

 

Le club enchaîne ensuite les montées, gagnant ainsi le droit d’évoluer en Division d’Honneur le sommet de la hiérarchie régionale. Lors de la saison 65-66 les Banlieusards remportent le championnat de Paris et la coupe de Paris.
En coupe de France, Malakoff ne s’incline qu’au sixième tour face aux professionnels l’A.C. Ajaccio. De son côté, l’équipe qui évolue en F.S.G.T. remporte par deux fois, en 1962 puis en 1964, la coupe de France F.S.G.T. (Coupe Auguste Delaune).
 
DES COUPS D’ECLAT ET DES PERFORMANCES
 
Lors de la saison 66-67 l’U.S.M.M. effectue ses grands débuts en Championnat de France Amateur. Les deux premières saisons à ce niveau se solderont par une deuxième place au classement. En coupe de France 67-68 les « bleu et rouge » ne tombent qu’en 16èmes de finale face à l’A.S. Saint Etienne. Lors des cinq saisons qui suivent, le club ne se classe jamais au-delà de la neuvième place mais n’est pas en mesure de se mêler à la lutte pour la montée en Division 2. Les seuls coups d’éclat ont lieu en coupe de France où les Malakoffiots ne s’inclinent qu’en 32ème de finale face au F.C. Grenoble (saison 69-70) et face au F.C. Bourges (saison 72-73).
 
De 1973 à 1976 Malakoff va connaître son apogée sportive. Lors du championnat 73–74, l’U.S.M.M. reste invaincue jusqu’à la dix neuvième journée avant de terminer à une frustrante cinquième place. La saison suivante, Malakoff termine premier du groupe Nord coiffant sur le fil la réserve du R.C. Lens pour le titre de champion du groupe et Noeux les Mines pour l’accession en division supérieure. Les joueurs des Hauts de Seine se hissent même en finale du championnat de France de troisième division. Ils y sont opposés à la réserve professionnelle du S.E.C. Bastia qui remporte les deux manches de la finale.
 
MALAKOFF ELIMINE VALENCIENNES (D1)
 
L’U.S.M.M. décide de se lancer dans le championnat de deuxième division. Une bien belle récompense pour le club qui fête son trentième anniversaire. Après un début correct, le rythme devient difficile à suivre pour Malakoff qui s’est lancé dans l’aventure avec un effectif totalement amateur. L’U.S.M.M. reste abonnée aux dernières places et redescend en division 3. Lors des deux saisons qui suivent, le club se classe en milieu de tableau. La seule embellie vient de la coupe de France où Malakoff élimine l’équipe de Division 1 de Valenciennes en 32èmes de finale.
 
Au tour suivant les Malakoffiots s’inclinent face au F.C. Rouen une solide équipe de deuxième division. Lors de la saison 78-79 le club arrache son maintien en troisième division lors de la dernière journée de championnat. C’est le moment où Yves Cros, après trente années passées au poste d’entraîneur, passe la main à Yves Fercoq le capitaine de l’équipe. Pour ses débuts sur le banc ce dernier, à la tête d’un groupe de joueurs de vingt ans de moyenne d’âge, obtient une méritoire troisième place.
 
Le club est sans cesse contraint de laisser partir ses meilleurs éléments. Au fil des saisons, l’équipe fanion rétrograde au classement. Lors de la saison 80–81, les Banlieusards s’offrent un dernier coup d’éclat en parvenant en 16èmes de finale de coupe de France où ils sont éliminés, sans perdre, face aux professionnels du F.C. Martigues.
En mai 1983, Rino Scolari l’emblématique Président de l’équipe fanion décède brutalement. L’U.S.M. Malakoff ne se remettra jamais de la disparition de celui qui, dans l’ombre, portait l’équipe à bout de bras. Deux ans plus tard, après vingt années de présence en Division 3, les Banlieusards descendent en Division 4 où ils passent six saisons avant de connaître une nouvelle descente. Après trois saisons passées en Division d’Honneur suivies de deux en Division d’Honneur Régional le club se retrouve en Promotion d’Honneur. Un championnat où il végète depuis 1996.
Pascal Smigiel

 

 


Malakoff patrimoine - Site internet participatif
>> Nous contacter