Warning: array_shift() [function.array-shift]: The argument should be an array in /htdocs/public/www/config/ecran_securite.php on line 283
MALAKOFF PATRIMOINE
SOMMAIRE :
Un territoire

Le bâti


Les activités


Le sacré


CREATION 1856
La rose "Tour de Malakoff"

La rose « La Tour de Malakoff » a été créée en 1856 par les célèbres pépiniéristes Jean Soupert et Pierre Notting. C’est un somptueux rosier, toujours commercialisé, et qui fait le bonheur des amoureux de roses anciennes. Une fleur qu’on aimerait voir agrémenter les jardins publics de Malakoff.

En savoir +

La rose « La Tour de Malakoff » a été créée en 1856 par les célèbres pépiniéristes Jean Soupert et Pierre Notting. C’est un somptueux rosier, toujours commercialisé, et qui fait le bonheur des amoureux de roses anciennes. Une fleur qu’on aimerait voir agrémenter les jardins publics de Malakoff.

Si la mode de la rose n’était pas une exclusivité française au 19ème siècle, notre pays était toutefois le premier producteur de roses et de loin le pays qui mettait chaque année le plus grand nombre de variétés nouvelles sur le marché. Entre 1815 et 1870, la prépondérance des roses françaises à l’étranger était générale. Pas une grande collection au monde que ne s’approvisionna à Paris.

 
Il faudra la guerre de Crimée contre la Russie pour que les Français apprennent où était ce pays. Les rosomanes marquèrent l’évènement de la prise de Sébastopol par une belle centfeuilles à qui ils donnèrent le nom de « La Tour de Malakoff ».
 
Et ce sont les célèbres pepiniéristes Jean Soupert et Pierre Notting, qui avaient appris le métier de pépiniériste chez Constantin Wilhelm à Luxembourg-Clausen, qui se sont lancé, en 1855, dans l’aventure de l’obtention de roses nouvelles, en ouvrant leur propre établissement à Luxembourg-Limpertsberg sous la raison sociale Soupert & Notting.
Leurs premières obtentions furent : "La Tour de Malakoff", "La Noblesse" mises sur le marché dès 1856, et "Duc de Constantine" (1857), et qui connurent d’emblée un grand succès.
 
La "rose aux cent feuilles", en fait aux cent pétales, est née en Hollande à la fin du 16ème siècle d’un croisement de Rosa gallica, Rosa moschata, Rosa canima et Rosa damascena. Ses fleurs, pleines d’une profusion exubérante de pétales, vont du blanc au rouge profond en passant par le rose. Sa végétation est haute et souple. Encore aujourd’hui ces roses campagnardes sont très appréciées en raison de leur parfum intense. Le rosier ancien « La Tour de Malakoff fait partie de cette lignée de roses anciennes que l’on peut encore cultiver aujourd’hui.
 
« La tour de Malakoff » est un somptueux rosier à grosses fleurs parfumées, ouvertes, d’abord rose en bouton, puis pourpre magenta, puis violet de Parme profond avant de virer à la lavande grisâtre. Grand arbuste élégant, assez souple, qui peut nécessiter un support, il peut être cultivé exposé au soleil avec un support grimpant. Il prospère dans un sol ordinaire, humifère, sans trop de calcaire, sec à modérément humide. Rustique, au moins jusqu’à -20° ;C.
Son feuillage est semi-persistant.

 

X Fermer
RECETTE
L’ile flottante Malakoff

Ce dessert, bien connu des pâtissiers, facile à faire sans compétence particulière, est une île flottante dont les blancs ont été cuits par le caramel chaud. Ingrédients pour 5 personnes : 4 œufs, 250g de sucre en poudre, 1 litre de lait, extrait de vanille ou sucre vanillé, vinaigre. Dessert raffiné et peu couteux

En savoir +

Ce dessert, bien connu des pâtissiers, facile à faire sans compétence particulière, est une île flottante dont les blancs ont été cuits par le caramel chaud. Ingrédients pour 5 personnes : 4 œufs, 250g de sucre en poudre, 1 litre de lait, extrait de vanille ou sucre vanillé, vinaigre. Dessert raffiné et peu couteux

 

LA PREPARATION

-Montez les blancs d’œuf en neige bien ferme
-Mêlez-y progressivement 100g de sucre
-Préparez le caramel avec la moitié seulement du sucre restant (environ 75g) et en le recouvrant d’un peu d’eau. Y ajouter une petite cuillère à café de vinaigre.
-Quand le caramel prend sa teinte rousse, versez-le très délicatement, quasiment au goute-à-goute, sur les blancs
-Continuez à battre les blancs au mixer, à grande vitesse
 
-A ce stade, les pâtissiers conseillent qu’il faut si possible être deux pour cette opération, principalement quand c’est la première fois que l’on fait ce désert.
 
-Quand le caramel est bien incorporé aux blancs (à vous de juger), ils ont pris une teinte homogène brune mate.
-A la spatule mettez les blancs dans un moule métallique, de préférence un moule à gâteau de Savoie par exemple, pas trop large et surtout assez haut.
 
-Placez au réfrigérateur pour la nuit votre préparation.
 
Le lendemain
-Dans une grande terrine, mélangez avec une cuillère à bois les jaunes d’œufs et le sucre restant (75g). Vous pouvez éventuellement ajouter une cuillère de maïzena.
-faites bouillir le lait
-Délayez doucement avec une tasse de lait froid, puis avec le lait bouillant
-Placez la terrine au bain-marie, dans une casserole d’eau frémissante et tournez sans arrêt jusqu’à ce que la crème prenne de l’épaisseur.
-Retirez du feu lorsque que l’aspect de la crème vous convient
-Ajoutez la vanille
-Couvre le tout et laissez refroidir
-Versez la crème dans un beau plat creux
-Démoulez les blancs et répartissez les avec une cuillère à soupe en parts individuelles sur la crème juste avant de servir.
 
X Fermer
CENTENAIRE 1983
La locomotive Malakoff

Dans le cadre du centenaire de la ville, la locomotive BB 22366 a été baptisée « MALAKOFF » le 5 novembre 1983. Cette locomotive électrique, construite par les Sociétés MTE et Alsthom a été mise en circulation le 29 septembre 1983. Elle a été affectée au dépôt de Rennes pour assurer la remorque des trains sur les lignes électrifiées du réseau ouest. (Paris-Rennes et Paris-Nantes).

En savoir +

Dans le cadre du centenaire de la ville, la locomotive BB 22366 a été baptisée « MALAKOFF » le 5 novembre 1983. Cette locomotive électrique, construite par les Sociétés MTE et Alsthom a été mise en circulation le 29 septembre 1983. Elle a été affectée au dépôt de Rennes pour assurer la remorque des trains sur les lignes électrifiées du réseau ouest. (Paris-Rennes et Paris-Nantes).

 

Cette locomotive était appelée à parcourir entre 20 000 et 25 000 kilomètres par mois.
 
La longueur de la machine est de 17, 480m, sa masse de 89 tonnes, sa vitesse maximale de 160 km/h et sa puissance 4400 KW ( 5978 chevaux)
 
 
 
 
Photo SNCF André Paris

 

X Fermer
Malakoff patrimoine - Site internet participatif
>> Nous contacter