Warning: array_shift() [function.array-shift]: The argument should be an array in /htdocs/public/www/config/ecran_securite.php on line 283
MALAKOFF PATRIMOINE
SOMMAIRE :
Un territoire

Le bâti


Les activités


Le sacré


VANVES AVANT MALAKOFF
Origines et développement du territoire historique
Vanves à l’époque gallo-romaine
La découverte récente de vestiges gallo-romains démontre que le territoire de Vanves était habité dès l’Antiquité. En 1997, des fouilles archéologiques ont révélé la présence de thermes gallo-romains, d’habitations et de fours de potiers dans le centre ancien de la ville.
Le vallon de Vanves, ouvert sur la plaine alluviale de la Seine, possédait tous les atouts pour attirer les hommes : il n’y avait qu’à creuser pour extraire l’argile et la pierre destinées aux constructions.
Cette période reste encore peu documentée, mais les éléments retrouvés, laissent à penser que Vanves s’apparentait à une petite agglomération, avec ses bâtiments publics et ses sanctuaires (thermes, temples...).

Jusqu’au IXème siècle, les Gallo-Romains, Mérovingiens et Carolingiens exercent une activité potière qui fera de Vanves un haut lieu de la poterie.

Le village de Vanves à l’époque médiévale
Au Moyen Âge, les bords de la Seine sont inondables et le fleuve non canalisé. Par conséquent, les villages s’implantent principalement en dehors des secteurs à risque d’inondation, sur les pentes basses ou sur les sommets des coteaux.
Ainsi, le village de Vanves commence à se développer à l’époque médiévale autour de l’église et des carrefours de chemins (périmètre de l’actuel centre ville).
A cette époque, une grande partie de la paroisse de Vanves est un fief seigneurial de la puissante abbaye parisienne de Sainte Geneviève. L’actuel lycée Michelet est implanté sur le site d’une seigneurie qui joua un rôle important dans la vie du village de Vanves.

Vanves sous l’ancien régime

Aux XVIème et XVIIème siècles, Vanves est un village tourné vers l’agriculture : vigne, blé, produits maraîchers et surtout élevage laitier. Le beurre de Vanves est alors réputé dans la capitale.

Avec ses vertes prairies et ses sources abondantes (fontaines, aqueducs...), Vanves est un lieu de villégiature apprécié. Claude Le Bas de Montargis y fait bâtir une belle demeure en 1698 par Jules Hardouin-Mansart, il s’agit du château qui abrite aujourd’hui l’administration du Lycée Michelet.

Au XVIIIème siècle, la blanchisserie prospère rapidement à Vanves, grâce à l’abondance et à la pureté des sources.

En 1789, Vanves compte environ 1 400 habitants et s’étend alors bien au-delà de ses limites contemporaines, comprenant une partie des 15ème et 16ème arrondissements de Paris. La paroisse englobe également la partie du plateau devenue la ville de Malakoff et déborde sur Montrouge.
En 1799, le rattachement du Petit-Vanves à Montrouge marque le début des amputations successives du territoire communal.


Vanves devient une petite ville de banlieue

Sous la Monarchie de Juillet, le développement urbain se poursuit, notamment grâce à l’arrivée du chemin de fer (1ère ligne Paris-Saint-Germain en 1837, Paris-Versailles en 1840) et à la canalisation de la Seine, qui permet aux villages de s’étendre en se rapprochant de l’eau.
Avec ces transformations apparaît l’habitat de villégiature, notamment des parisiens : développement des villas bourgeoises. Ainsi, l’urbanisation de Vanves se développe et des routes structurantes se dessinent.
Le village rural devient peu à peu une petite ville de banlieue dont la population passe de 3 700 à 8 500 habitants entre 1856 et 1866. En 1857, sont bâtis une mairie et un groupe scolaire.

Amputations du territoire communal au profit de Paris et Malakoff 

En 1860, la réforme du Préfet Haussmann annexe toute une partie du territoire de Vanves dans l’actuel 15ème arrondissement de Paris. Quelques années après, la scission du territoire communal introduite par la voie ferrée de la gare de Paris-Montparnasse aboutit à une nouvelle division.

Dans les années 1880, au Nord de Vanves, des glaisières vont faire l’objet d’une exploitation industrielle : les maisons Chevalier et Bouju, Mortier et Etienne s’associent en 1881 pour fonder la « Société centrale des briqueteries de Vaugirard ». La fabrique contribue à l’essor des lotissements sur la commune et également en proche banlieue.

La gare de Vanves-Malakoff est inaugurée en 1883, année où Malakoff devient une commune distincte, réduisant de moitié l’étendue de la commune de Vanves. La ville se dote d’une nouvelle mairie en 1898.

L’arrivée d’une nouvelle population contribue à transformer la commune, auparavant exclusivement rurale avec l’émergence de l’habitat pavillonnaire et du petit collectif. L’extension pavillonnaire s’effectue en fonction de l’accessibilité (autour de la gare et le long des principaux axes de circulation) et également en fonction de la topographie du territoire.

-------------------------

Sources : rapport de Présentation du POS (Juin 2011)

« Vanves, du Moyen-âge à nos jours », Commission municipale d’histoire locale, 1982.
« Vanves, Hauts-de-Seine », image du patrimoine, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Antoine Le Bas, (2004).

X Fermer
Malakoff patrimoine - Site internet participatif
>> Nous contacter